Accueil du site > FR > Actualités > Soutenances de thèses

Soutenance de thèse - Hildebrando Almeida Cerqueira

Hildebrando Almeida Cerqueira

Le vendredi 27 novembre à 16h, à l’Université Paris Descartes (centre des Saints-pères, salle de conférence R229), Hildebrando Almeida Cerqueira soutiendra sa thèse de doctorat sous la direction d’Erwan Dianteill :

"Esclavage et inventions spirituelles afro-brésiliennes - Du Vudum Lebabimibome aux contes populaires"

Membres du jury :

DIANTEILL, Erwan. Directeur de thèse, Professeur des Universités (Paris Descartes). COLLEYN, Jean-Paul. Rapporteur, Directeur d’études (EHESS) SANTIAGO, Jorge. Rapporteur, Professeur des Universités (Lyon 2) AFFERGAN, Francis. Membre du jury, Professeur des Universités (Paris Descartes).


Résumé :

Cette thèse a pour objectif de montrer un des impacts de l’esclavage sur l’histoire des peuples africains et leurs descendants. Comment ce fait a pu façonner la vie spirituelle des diasporas des Amériques, et en particulier du Brésil, et de quelle manière ces différentes populations ont su, dialoguer entre elles, mais aussi s’approprier et transformer les valeurs culturelles des peuples qui les ont soumis. Tout en s’adaptant à ces nouveaux contextes, elles ont préservé leurs mémoires spirituelles en créant des intermédiaires cultuels comme l’entité du Candomblé jeje de Bahia le vudum Lebabimibome, qui fusionne le singe et le Messager des religions ancestrales fon et yorouba Eshu-Legba. Par l’adoption de cette nouvelle manifestation religieuse, elles ont également su recycler l’image utilisée par les colonisateurs à l’encontre des Africains, associé à des singes et décrit comme un chaînon manquant entre l’homme et l’animal, ainsi des individus ont pu échapper à l’esclavage en refusant l’usage de parole. Aussi, par la ruse des singes des contes populaires, l’histoire sociale des esclaves et des libres subalternes vivant dans cette société est racontée ce qui constitue un archive de l’époque.

Abstract :

This dissertation aims to show how the enslavement of African peoples on the African continent and in the Americas has deeply influenced the spiritual and intellectual lives of Africans both on the continent and in the diaspora, particularly in Brazil. African peoples learned from the beginning how to dialogue with other Africans ethnicities and how to assess the cultural values being imposed by those people who dominated them. They could transform those values to their needs. Also they managed to safeguard their ancestral spiritual heritage, creating a vudu, known as Lebabimibome, merged with the Messenger of the Fon/Yoruba religion Eshu-Legba. In this way they wittingly illustrated the European theory that Africans were the missing link between men and monkeys. Some Africans strategically accepted this image and used it to escape slavery by refusing to use spoken words in their relationship with Europeans and Native Americans. By using the monkey’s guile, as described in these animal tales, the oral tradition could integrate the hermeneutical aspect of Eshu-Legba to translate the social history of the enslaved and subaltern peoples within these fables which function as archives in Brazilian society.

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Centre d'anthropologie culturelle – EA 4545 | CANTHEL - 45 rue des Saints-Pères 75270 Paris cedex 06