Accueil du site > FR > Accueil > Axes de recherche > 2014-2018

Axe 2 : Diversité des relations sociales et intégration collective : réseaux, communautés, parentés, éducation et initiation

Depuis son origine, l’anthropologie est partagée entre deux voies. D’un côté, elle s’intéresse à la culture, c’est-à-dire à tout ce qui est acquis et transmis de générations en générations par les êtres humains, de l’autre elle porte son regard sur la société, c’est-à-dire sur le mode d’organisation des collectivités humaines. La première orientation la rapproche des études littéraires, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, des humanités en général ; la deuxième de la sociologie et de la psychologie sociale. L’anthropologie nord-américaine a privilégié la première voie dans le sillage de Franz Boas, alors que l’anthropologie française a longtemps porté son regard avant tout sur les structures sociales, suivant en cela Emile Durkheim. Le CANTHEL est un centre d’anthropologie culturelle et sociale, ce qui signifie que ces deux orientations de recherche y sont considérées comme inséparables.

Plus précisément, nous approfondirons dans les années qui viennent la question des formes symboliques de la socialité. Sur quelles valeurs, sur quels signes et indices se constitue un collectif humain ? Comment se reconnaît-on membre d’une société ? Quels sont les critères d’appartenance à un groupe ? Mais aussi, quels sont les critères symboliques d’exclusion d’un collectif ? Il s’agira donc toujours d’envisager le rapport social comme une relation significative, ce qui implique de porter le regard non seulement sur la morphologie sociale et la structure des groupes, mais aussi sur les marqueurs qui en définissent les contours. C’est pourquoi, chacun sur son terrain d’enquête, les chercheurs du CANTHEL posent toujours la question de l’identité et de la différence, au niveau social et au niveau symbolique. Nous tenterons aussi de mettre en lumière, non seulement quels sont les signes d’appartenance et d’exclusion, mais aussi quelles sont les modalités d’intégration collective : l’éducation institutionnalisée, l’apprentissage informel, l’initiation rituelle, mais aussi l’acquisition d’une culture spécifique associée à la consommation alimentaire. Avec la question de l’intégration se pose celle de la porosité des groupes : comment passe-t-on d’une appartenance à une autre ? Quelles sont les règles et les stratégies du cumul identitaire ? A quelle condition peut-on être membre de différents collectifs ? La rupture épistémologique de l’anthropologie moderne avec les ambiguïtés raciologiques du XIX° siècle a eu pour conséquence d’établir que toute culture doit nécessairement être apprise et que les individus ne peuvent se construire que dans des formes de vie instituées en dehors d’eux, en s’identifiant à des « nous » qui leur préexistent. S’il n’y donc pas de socialisation sans apprentissage, l’éducation est centrale du point de vue anthropologique le plus général. Cependant les connexions avec d’autres disciplines, notamment la psychologie, ont souvent posé problème aux anthropologues qui, pour se prémunir contre le risque de réduction psychologique (qu’on a reproché notamment au culturalisme américain), ont eu recours, de Durkheim à Dumont en passant par Mauss, à la notion de « dressage » à l’instar de Wittgenstein. Celle-ci ayant jusqu’à présent d’avantage fait l’objet d’une conceptualisation de nature plus philosophique qu’ethnographique, qui sera réexaminer au regard d’enquêtes empiriques approfondies sur les processus de transmission.

Comment devient-on membre d’une communauté, comment acquiert-on un statut ou une compétence ? L’examen des diverses modalités éducatives est inséparable de celui des valeurs et des activités symboliques propres à la société où elles prennent sens. L’anthropologie de l’éducation que nous pratiquons s’attache à décrire les processus de transmission et d’apprentissage en cherchant à les comprendre dans les dynamiques sociales et culturelles actuelles.

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Centre d'anthropologie culturelle – EA 4545 | CANTHEL - 45 rue des Saints-Pères 75270 Paris cedex 06